Cairns, une ville de tourisme

Esplanade Lagoon

A photo posted by iPhoneography Oz (@iphoneographyoz) on

Je ne parle de Cairns qu’au moment de la quitter. Je cherche à sortir des sentiers battus. Cairns est dédiée au tourisme. Je ne suis absolument pas enchanté par la ville elle-même (contrairement à sa voisine Port Douglas). J’ai déjà évoqué à quel point les environs sont magnifiques, que ce soit la Grande barrière de corail ou les tropiques humides du Queensland (Wet Tropics). Mais qu’ai-je réellement trouvé à Cairns ?

  • Des touristes, beaucoup de touristes (et pas forcément ceux ayant le plus de classe),
  • Des hôtels, des auberges de jeunesse et tous les hébergements imaginables pour loger tout ce monde là (Cairns Waterfront Backpackers est à fuir absolument tandis que Gilligan’s semble absolument génial),
  • Des restaurants pour nourrir tout ce monde là (et pas forcément ceux dans lesquels on mange bien mais dans lesquels on peut profiter d’une bonne ambiance parfois),
  • Des quartiers commerçants pour faire dépenser tout ce monde là (et pas forcément ceux dans lesquels on trouve des produits de qualité),
  • Des bars et de boîtes de nuit pour faire en sorte que tout ce monde là s’amuse (me concernant c’est un flop monumental),
  • Des tour-opérateurs à foison pour embarquer tout ce monde là sur des bateaux en direction de la Grande barrière de corail,
  • Pas de plage, mais un superbe lagon artificiel situé sur l’Esplanade (photo).

Cairns, c’est un peu (beaucoup) Disneyland. À titre de comparaison, les paysages de la côte ouest en Australie-Occidentale sont tout aussi fabuleux (sinon plus). L’ambiance y est un peu plus authentique. Comme à Coral Bay.

Cet article a été publié dans le cadre de la série iPhoneographie Oz.
Mots-clés : ,